Collaboration Cochrane ’ s outil pour évaluer le risque de biais dans les essais randomisés

Les essais randomisés, et les examens systématiques de ces essais, fournissent les preuves les plus fiables sur les effets des interventions de soins de santé. À condition qu’il y ait suffisamment de participants, la randomisation devrait garantir que les participants des groupes d’intervention et de comparaison sont similaires en ce qui concerne les facteurs pronostiques connus et inconnus. Les différences dans les résultats d’intérêt entre les différents groupes peuvent en principe être attribuées à l’effet causal de l’intervention.1 Les inférences causales des essais randomisés peuvent, cependant, être minées par des défauts de conception, de conduite, d’analyse et de déclaration, conduisant à une sous-estimation. surestimation du véritable effet d’intervention (biais) .2 Cependant, il est généralement impossible de savoir dans quelle mesure les biais ont influé sur les résultats d’un essai particulier. Les examens systématiques visent à rassembler et à synthétiser toutes les études répondant à des critères d’éligibilité prédéfinis3 tenter de minimiser les biais. Pour obtenir des conclusions fiables, les auteurs de la revue doivent examiner attentivement les limites potentielles des études incluses. La notion d’étude “ qualité ” n’est pas bien défini mais se rapporte à la mesure dans laquelle sa conception, sa conduite, son analyse et sa présentation étaient appropriées pour répondre à sa question de recherche. De nombreux outils d’évaluation de la qualité des essais randomisés sont disponibles, y compris des échelles (qui notent les essais) et des listes de contrôle (qui évaluent les essais sans produire de score) .4

5

6

7 Jusqu’à récemment, les revues Cochrane utilisaient une variété de ces outils, principalement des listes de contrôle8. En 2005, les groupes de méthodes Cochrane Collaboration ߣ s se sont lancés dans une nouvelle stratégie pour évaluer la qualité des essais randomisés. Dans cet article, nous décrivons le nouvel outil d’évaluation du risque de biais de collaboration et le processus par lequel il a été développé et évalué.