Les omnipraticiens frappent à la pharmacie dans la soumission d’examen

Les omnipraticiens devraient bénéficier de droits de distribution plus forts et les pharmacies communautaires devraient se retirer des domaines traditionnels de services de médecine générale tels que la vaccination, dit le RACGP.

Les appels se trouvent dans la soumission de l’Ordre à l’Examen de la rémunération et de la réglementation en pharmacie, qui examine comment le rôle de la pharmacie communautaire devrait être mis à jour.

Faisant écho aux déclarations précédentes, le collège affirme qu’il est essentiel que les pharmaciens fournissent uniquement des services «dans le cadre de la pharmacologie» et cessent de dupliquer les services de GP.

Permettre aux pharmacies communautaires de fournir des vaccins et de traiter des affections mineures pose de sérieux risques pour la santé des patients et la continuité des soins, selon le collège. Au lieu de cela, le gouvernement devrait encourager des relations plus étroites et la collaboration entre les pharmaciens et les généralistes concentration.

La présentation aborde également la suggestion, lancée dans un document de travail publié dans le cadre de l’examen, d’inciter les pharmacies à rester ouvertes plus tard pour améliorer l’accès aux médicaments après les heures.

Selon le collège, une solution plus simple et plus rentable consiste simplement à donner aux omnipraticiens après les heures de travail le droit de dispenser des médicaments couramment utilisés.

En outre, le collège: