Palestine: l’assaut sur la santé et les autres crimes de guerre

Rédacteur — Toute mention du conflit israélo-palestinien suscite de vifs débats1. Mais les faits sont souvent absents obtenir plus d’informations. Une majorité dans les deux pays conviennent que Gaza et une grande partie de la Cisjordanie ne font pas partie d’Israël. Une minorité en Israël prétend que la plupart de ces territoires font partie d’Israël, mais cette minorité n’attribuerait pas les droits de citoyenneté israélienne à leurs 3,8 millions d’habitants non juifs. Certains correspondants se réfèrent à “ equipoise, ” mais c’est trompeur. Les deux pays n’ont pas des niveaux égaux de force militaire ou de richesse. Les deux n’ont pas les mêmes avantages que les économies fonctionnelles, les institutions démocratiques, les élections, la presse libre ou le soutien international de la superpuissance mondiale. En fait, une partie est un pays quasi européen avec des institutions de style européen. L’autre côté est un état du tiers monde échoué avec un niveau de développement parmi les plus bas du monde. Le produit intérieur brut par habitant en Israël est de 19 700 dollars (2003), en Cisjordanie de 800 dollars (2002) et à Gaza de 600 dollars (2003) .2 En 2004, Israël a reçu 2160 millions de dollars d’aide militaire américaine et 580 millions de dollars de l’USAID. En 2003, la Palestine a reçu une aide de 75 millions de dollars des États-Unis et une aide totale de 1 000 millions de dollars provenant de sources autres qu’américaines (Union européenne et monde arabe). 3 Les victimes du conflit ne sont pas réparties équitablement. Selon le Centre israélien d’information sur les droits de l’homme dans les territoires occupés (www.btselem.org/), depuis septembre 2000, il y a eu 3722 morts, dont 75% de Palestiniens et 25% d’Israéliens; 604 enfants ont été tués (500 palestiniens et 104 israéliens). Au total, 6709 Israéliens et 27 998 Palestiniens ont été blessés au cours de la même période.4,5Peut-être que les seuls autres faits pertinents sont démographiques. La population juive actuelle d’Israël est de 5,2 millions et devrait augmenter de moins de 1% par an. La population non juive d’Israël est de 1,3 million d’habitants et devrait augmenter de plus de 2% par an. La population palestinienne est de 3,8 millions, avec une croissance prévue de 3,8% par an (www.prb.org/). En fin de compte, les forces démographiques et autres obligeront à une sorte de réconciliation entre l’État israélien relativement bien ordonné et la population explosive chaotique à l’intérieur et à l’extérieur de ses frontières.