Un Avancement Prometteur Pour Le Traitement Du Cancer De La Prostate

Le cancer de la prostate est le deuxième cancer le plus fréquent chez les hommes dans le monde.  Les causes de cancers prostatiques sont nombreuses cependant, dépistés de façon précoce, ils sont maintenant traitables et bien qu’avec le vieillissement de la population ces cancers soient plus répandus, moins d’hommes se verront mourir de ceux-ci.  Des scientifiques oeuvrent chaque jour pour que aucun homme ne meure d’un cancer prostatique dans le futur.

Des études récentes qui ont fait l’objet de présentations lors de la conférence annuelle de « l’American Society of Clinical Oncology (ASCO) » à Chicago (2017), ont dévoilé que l’ajout d’un nouveau anti-hormonal au traitement régulier contre le cancer agressif de la prostate, réduit  jusqu’à 38% le risque de mortalité précoce des hommes atteints de la maladie.  Ces essais cliniques constituent un avancement prometteur contre les tumeurs qui peuvent avoir une prolifération rapide dans l’organisme.

Une nouvelle molécule qui se nomme l’abiratérone (Zytiga) et qui est fabriquée par les laboratoires Janssen, combinée au prédnisone qui est la thérapie anti-hormonale utilisée pour les hommes qui sont diagnostiqués d’une tumeur maligne de la prostate et ayant des métastases, permettrait également de retarder d’environ 18 mois la progression dudit cancer agressif.   Des études cliniques étant pratiquées dans plusieurs pays,  le professeur de cancérologie Nicholas James du Royaume uni a aussi indiqué que le Zytiga non seulement prolongeait la vie  mais réduisait du même coup le risque de rechute de 70% et réduisait aussi le risque de complications osseuses de 50%.

L’abiratérone ou le Zytiga  est une molécule qui fonctionne en bloquant la production de testostérone par les testicules, la glande surrénale et la tumeur elle-même.  Considérant que le cancer prostatique est majoritairement  une tumeur hormonodépendante (qui dépend de la testostérone) il faut donc empêcher cette tumeur d’atteindre ses objectifs – c’est là que le Zytiga entre en jeu.

Les scientifiques sont d’accords qu’il faut être prudents et continuer les études à ce niveau.  Selon des différents tests cliniques, le Zytiga est en général très bien toléré par le patients avec peu d’effets secondaires mais qui peuvent être sévères comme le diabète ou l’hypertension artérielle.   L’utilisation de l’abiratérone chez certains hommes avec un risque accru de trouble cardiaque est contre-indiquée.

Pour le cancer de la prostate comme pour tous les cancers, le dépistage à un stade précoce de la maladie est primordial pour augmenter les chances de survie.  La population mondiale est de plus en plus informée à ce sujet et se préoccupe de plus en plus de sa santé générale et de son bien-être.  Il faut prévenir ces cancers  de toutes les manières possibles.  Une bonne santé passe par un équilibre au niveau de l’alimentation, des habitudes de vie saines – l’exercice physique, un état émotionnel stable tout en évitant toute forme d’abus (tabagisme, alcool, drogues, etc.).

Avoir un diagnostic de cancer peut être dévastateur et il est souvent difficile de savoir à quoi on peut s’attendre cependant, la science ne cesse de progresser pour trouver des pistes pour mieux s’attaquer et guérir cette fâcheuse maladie.